De l’inimaginable à la normalité : Oser le penser autrement

Il est toujours difficile d’imaginer l’inimaginable. Ce n’est bien souvent lors de catastrophe que nous nous rendons compte que ce que nous avons cru impossible a été possible. Ne dit-on pas :

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. »

Si réussir à réagir lors d’une situation très difficile est un atout, le but ultime est pouvoir anticiper ces situations afin de planifier une réponse en amont. Nous avons identifié trois pistes de réflexion afin de tenter d’atteindre ce but. 

 

Il s’agit de réfléchir en dehors du cadre habituel, de repousser les limites de l’imagination.

 

Considérer les risques les plus improbables

Cela peut sembler de prime abord être une lapalissade mais bien souvent, l’accent n’est pas forcément mis sur cette réflexion. Pour atteindre ce but, il faut prendre le temps pour que les idées viennent, organiser des sessions à plusieurs. Les pensées ne viennent qu’au fil des minutes. Les gens doivent se sentir en confiance afin qu’ils osent exprimer ce qui leurs semble insensé.

 

Il s’agit véritablement d’un travail d’imagination et de liberté de penser.

 

Penser et travailler autrement : l’imagination au travail

Les choses peuvent changer très rapidement. En quelques mois, ce qui semblait inimaginable est presque devenu normal. Le télétravail par exemple et la manière dont nous nous sommes adaptés à ce nouvel environnement en sont deux exemples.  Il est capital de garder cela à l’esprit. Cela nous aide à imaginer des pistes alternatives de réflexion.

 

Imaginer le penser autrement.

 

Nous avons nos schémas habituels mais il est crucial de prendre du temps pour les mettre de côté et de penser autrement, sous un autre angle, en relâchant certaines contraintes. Imaginer le travailler autrement suit la même logique.

 

Prendre du temps pour se dire… « et si… ».

 

Décroître pour rester durable : contre-intuitif mais efficace

Prévoir une option de décroissance en période de crise majeure peut être une solution afin d’adoucir les effets de ladite crise. Réduire ses ambitions pour durer peut s’avérer être la différence entre survivre et s’éteindre. Prévoir d’investir plus dans la maintenance au détriment de la croissance, c’est souscrire en quelque sorte à une assurance catastrophe. Imaginer que cela permette, dans des cas très spécifiques, d’être à même de passer plus facilement l’obstacle.

 

 

 

 

Si dans le premier article nous vous avons parlé de lignes stratégiques éprouvées, nous avons ici voulu réfléchir à des pistes de réflexion plus abstraites, presque philosophiques. Nous pensons que les entreprises ne devraient pas faire l’économie de ce genre de réflexions. Certes il n’en sort pas toujours des réponses précises mais le penser autrement peut aboutir à des solutions innovantes et performantes.

 

Embrassez l’inimaginable car il peut être une source de solutions et d’innovations. C’est bien souvent dans l’adversité que naissent les meilleures avancées.

 

 

Vous voulez plus d'information sur Itecor, cliquez ici, nous nous ferons un plaisir de vous contacter.

 

Quelles sont vos propres expériences à ce sujet? Laissez-nous un commentaire.